Mystère de lumière

Présentation de Jésus au temple (Fra Angelico)Le mois de février s’ouvre avec la fête de la Présentation au Temple de Jésus qui est « lumière pour éclairer les nations » (Lc 2, 32). Lumen ad revelationem gentium ! Le peuple chrétien a toujours aimé cette fête. Ne la négligeons pas cette année, et participons là où cela est possible à la procession qui évoque l’entrée de Jésus dans le Temple. En Occident, cette procession culmine avec le rite liturgique de la bénédiction des cierges, allumés en l’honneur du Christ, lumière de nos vies. Le cierge béni, conservé dans les maisons, doit être 02pour nous le signe du Christ « lumière du monde », et donc un moyen d’exprimer notre foi. En Orient, la fête est centrée sur le mystère de la Rencontre du Sauveur avec ceux qu’il vient sauver, représentés par Siméon et Anne.

Jusqu’à la réforme liturgique de 1969, cette fête portait aussi le nom de « Purification de la bienheureuse Vierge Marie ». Mais il serait déplacé de séparer la Mère de son Fils. Car en présentant l’Enfant-Dieu, Marie obéit à la Loi de Moïse, se soumettant au rite de la purification. Ce faisant, avec saint Joseph, elle témoigne de son humilité : l’Immaculée, la toute-pure, ne s’estime pas au-dessus des lois.

Une autre leçon est à tirer de ce geste, qui a inspiré jadis le rite des relevailles : « La piété populaire est sensible à l’événement, à la fois délibéré et mystérieux, de la conception et de la naissance d’une vie nouvelle. Les mères chrétiennes, en particulier, établissent sans peine une relation entre, d’une part, la maternité de la Vierge Marie, qui est la toute pure et la mère du Corps mystique, et, d’autre part, leur propre maternité, tout en étant conscientes de certaines différences importantes dues au caractère unique de la conception et de l’enfantement de Marie: de fait, leur maternité s’inscrit aussi dans le plan de Dieu et elles ont enfanté les futurs membres de ce même Corps mystique » (Directoire sur la piété populaire et la liturgie, 121).