Peut-on prier les âmes du Purgatoire ?

En ce mois de novembre où l’Eglise nous invite à prier pour les âmes du Purgatoire (pour que Dieu les libère de leur état qui, ne l’oublions pas, est celui d’une grande souffrance), une question secondaire se pose : peut-on prier les âmes du Purgatoire (pour qu’elles intercèdent pour nous) ?

C’est une question entièrement libre. L’Eglise n’a rien tranché et les maîtres spirituels sont partagés.

70063915On lit cependant dans le Catéchisme de l’Église catholique, citant le concile Vatican II :
“Reconnaissant dès l’abord cette communion qui existe à l’intérieur de tout le corps mystique de Jésus-Christ, l’Église en ses membres qui cheminent sur terre a entouré de beaucoup de piété la mémoire des défunts dès les premiers temps du christianisme en offrant aussi pour eux ses suffrages; car la pensée de prier pour les morts, afin qu’ils soient délivrés de leurs péchés, est une pensée sainte et pieuse (2 M 12, 44-45). Notre prière pour eux peut non seulement les aider mais aussi rendre efficace leur intercession en notre faveur (CEC 958).”

Le Père Philippe de la Trinité explique dans La Doctrine de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus sur le purgatoire, (Éd. du Parvis, 1992) :
“Les théologiens ne sont pas d’accord sur ce point. «Ceux qui sont en purgatoire ne jouissent pas encore de la vision du Verbe grâce à laquelle ils pourraient connaître nos pensées et nos faits et gestes; et c’est pourquoi nous n’implorons pas leur aide par la prière », écrit saint Thomas d’Aquin, et il poursuit: «Ceux qui sont en purgatoire sont au-dessus de nous du fait qu’ils ne peuvent plus offenser Dieu, mais ils nous sont inférieurs du fait qu’ils endurent des peines ; et, de ce dernier chef, ils ne sont pas à même de’ prier pour nous, mais nous avons bien plutôt à prier pour eux. »

Dans son merveilleux Traité du purgatoire sainte Catherine de Gênes passe cette question sous silence. Ce silence est généralement interprété comme une réponse négative : les âmes du purgatoire ne prieraient pas pour nous.

Autre est la pensée du saint curé d’Ars : «II est certain que ces pauvres âmes ne peuvent rien pour elles-mêmes, mais elles peuvent beaucoup pour nous. Cela est si vrai qu’il n’y a presque personne qui ait invoqué les âmes du purgatoire sans avoir obtenu la grâce demandée. »

Sainte Catherine de Bologne écrivait également: «J’ai recours aux âmes du purgatoire, afin qu’elles présentent ma requête au Père éternel, et je sens devoir à leur intercession le succès de ma prière. »

Le Père Jean-Marc Bot dans Le temps du Purgatoire (Ed. de l’Emmanuel, 2002) commente :

“Mais la dévotion aux âmes du purgatoire, couramment pratiquée, non sans fruit, c’est certain, infirme-t-elle la position théologique de saint Thomas d’Aquin? Pas nécessairement, semble-t-il, car Dieu et les saints du paradis peuvent nous récompenser de ce que nous faisons pour les âmes qui sont en purgatoire et, de plus, ces âmes peuvent nous rendre elles-mêmes, dès leur entrée au ciel, ce que nous aurons déjà fait pour les délivrer plus rapidement, voire même ce que nous ferons plus tard, dans le même but, si Dieu les a précisément libérées en vue de ces futures aumônes.On peut facilement imaginer que les âmes du purgatoire vivent leur épreuve dans une prière incessante. Leur intercession pour nous est sans doute l’une des dimensions de cette prière. Mais elle n’a pas d’effet direct, comme celle des saints. Si l’on comprend bien la formule du Catéchisme, citée plus haut, elle n’a pas d’efficacité en elle-même. C’est notre prière pour eux qui rend efficace leur intercession en notre faveur! Dans la mesure où nous intervenons pour les aider spirituellement, elles nous renvoient les grâces reçues, comme des réflecteurs renvoient la lumière. Leur passivité ne devient active pour nous, dans la communion des saints, qu’en réponse à notre prière pour eux. Cette manière de présenter les choses résout le problème abordé par le Père Philippe de la Trinité. Elle permet de concilier les deux thèses en présence…”

Denis Sureau