Vivre le Carême avec les enfants

5.00 

Catégorie : Étiquettes : ,

Description

Vivre le Carême avec les enfants est un Dossier numérique réalisé par l’équipe de Transmettre. Il propose d’approfondir le sens et la spiritualité du Carême, propose des pistes pour le vivre avec les enfants, répond à quelques questions courantes (la différence entre Carême et Ramadan, pourquoi jeûner…) et comprend 3 chemins de Carême différents qui peuvent être complétés par les enfants.

Sommaire

Qu’est-ce le Carême ?

  • Comprendre et vivre le temps du Carême
  • Notre Carême selon l’Evangile
  • Trois questions sur le Carême : quoi, pourquoi, comment ?
  • Une chance à saisir : 40 jours au désert

Le Carême et les enfants

  • Le Carême des tout-petits
  • Deux idées : la tirelire et le chapelet à offrandes
  • Quel Carême pour les enfants ?

Questions d’enfants

  • Le Mercredi des Cendres
  • Carême et Ramadan
  • Les 3 P du Carême
  • Pourquoi jeûner ?

Chemins de Carême

  • Je monte vers Pâques
  • Mon Carême avec Jésus
  • Mon chemin de Carême

Extrait : les 3 P pour Vivre le carême avec les enfants

Rappelons d’emblée une distinction classique : nous pouvons pécher contre Dieu, contre nous-mêmes et contre les autres, même si tout péché comporte en lui-même, ainsi que nous l’avons dit, une offense à Dieu.

Ces trois genres de péché doivent susciter en nous trois genres de pénitence, ce mot étant ici pris au sens large :
– nous prierons pour réparer nos péchés envers Dieu ;
– pour réparer nos péchés envers nous-mêmes, nous ferons pénitence (pris ici en un sens plus restreint) ;
– nous ferons l’aumône ou le partage pour réparer nos péchés envers autrui.

Ce sont les trois “P” du Carême : prière, pénitence, partage, qui se complètent et demandent à être vécus et en famille et personnellement.
Avant de passer en revue ces trois aspects, une dernière remarque : si l’aumône, en elle-même, concerne le prochain, on peut aussi offrir une part de ses prières et de ses sacrifices pour autrui, pour les pécheurs comme le faisait sainte Bernadette. C’est une manière de mettre en œuvre la communion des saints.